Le végé ou presque : le flexitarien

Après t’avoir expliqué ces différents modes de consommation, je vais te parler du mien, avec ce nom un peu barbare : le flexitarisme.

Au sens large, un flexitarien est une personne qui va réduire drastiquement sa consommation de produits provenant des animaux en ayant un mode d’alimentation pesco-végétarien, végétarien voire végétalien à la maison, mais qui sera plus flexible lors de repas à l’extérieur.

A mon niveau cela se traduit par un boycott total de l’achat de viande et une faible consommation de poisson et crustacés.

A la maison, étant donné que c’est moi qui fais les courses et cuisine, toute la famille suit plus ou moins le même régime. Mais à l’extérieur, mon mari et nos chères têtes blondes sont libres de manger ce qui leur fait plaisir… Ils connaissent tous mes convictions, les respectent et je respecte leur liberté de ne pas se sentir prêts à faire les mêmes choix que moi.

De cette manière, nous parvenons à un équilibre au quotidien et je dirai même que cela permet de faire germer dans leurs esprits l’idée qu’un jour, peut-être…

Pour le poisson et crustacés, je n’en achète plus pour la maison, mais il m’arrive encore d’en acheter au restaurant par exemple, non pas que j’estime que ce ne sont pas des êtres sensibles, mais disons que je me sens plus concernée par les dérives de l’industrie de la viande et les souffrances qu’elles impliquent. Toutefois, j’ai également conscience de l’impact écologique de la pêche en masse et en mange donc avec parcimonie.

Tu me diras : mais alors, tu ne serais pas pesco-végétarienne (Cf. mon 1er article Le végé phase 1 : le végétarien) ? Hé bien non ! Car quand je suis invitée, je mange ce que l’on me propose, viande incluse !

Ça peut paraître étonnant, mais je ne mange plus de viande par conviction et non par goût. Je ne ressens pas ce “dégoût de la viande” que certains végé décrivent et, quand la viande servie sera de toute façon consommée ou jetée, j’estime à ce niveau que ma privation n’a plus de réel intérêt…

Et si j’en suis arrivée à cette conclusion, c’est que j’ai testé au départ, de ne pas en manger quand j’étais invitée. Dans les buffets, je faisais goûter à mon conjoint les bouchées qui étaient servies pour vérifier si elles contenaient de la viande… Mieux, s’il y avait des restes et que plus personne n’en voulait, ils partaient à la poubelle alors que j’en aurais mangé avec plaisir… J’agissais comme si j’étais devenue allergique et trouvais ça ridicule au final…

Ce qui me fait penser à une anecdote : un jour, une connaissance végétarienne me racontait qu’elle s’était trompée en commandant un plat au restau. Elle s’est rendue compte, après quelques bouchées, qu’il y avait de la viande et leur a donc demandé de changer son plat… La suite, on s’en doute, son plat a été mis à la poubelle. Mais WTF ??

Malgré mes convictions, je n’adhère pas à ce genre de situation. Ensuite, tout est une question de point de vue et je respecte totalement les végé stricts dans leurs choix.

Dans le même temps, quand j’invite, je cuisine des plats végé. Il est hors de question pour moi de faire un plat pour mes convives et de me faire une autre assiette pour moi, ce serait un non-sens ! Et j’entends pourtant souvent parler de végé agissant de cette manière…

 

Gné

 

D’ailleurs, je suis fière d’avoir organisé mon mariage dernièrement qui était ENTIÈREMENT végétarien (et même en partie végétalien) ! Star

Je te passe les sketchs pendant ma recherche de traiteur ! 5 mois avant de trouver le bon à plus de 100 km de chez nous…

Bien sûr, l’annonce aux proches a été plus ou moins bien accueillie. Entre ceux qui trouvaient ça juste cohérent et ceux qui répondaient “On peut ramener son kebab ?”. Une vraie partie de plaisir… Clignement d'œil

Malgré tout, je me rends compte que mon mode de vie intéresse plus facilement, car il semble moins “radical”, moins insurmontable et permet souvent des discussions sereines amenant à une vraie prise de conscience.

Pas avec tout le monde évidemment ! T’as toujours ton pote Gérard qui va te charrier gentiment sur la souffrance que t’infliges aux pauvres carottes et que, lui vivant, il ne se passera pas un jour sans qu’il morde dans un bon bout de barbaque !

 

 

Mais bon, tu fais avec…

Pour pousser le bouchon un peu plus loin, je remplace petit à petit d’autres produits, comme par exemple, les produits laitiers, les œufs, le cuir, les produits cosmétiques, ménagers, etc.

Bref, je fais ma tambouille !

L’évolution est parfois difficile et demande de vrais efforts. J’apprends et découvre chaque jour et, grâce à ce blog, j’espère te faire partager cette envie de changer à ton tour

 

Cet article t’a plu ? Partage-le sur les réseaux sociaux !

10 commentaires sur “Le végé ou presque : le flexitarien

  1. Je trouve que ce qui compte le plus, c’est l’intention dans la démarche. Fléxi, végé, véga, chacun pose ses propres limites en fonction de son éthique et de ses convictions personnelles. Mais déjà le fait de prendre conscience, de se poser des questions sur son alimentation et sur les conséquences de ses choix de consommation est énorme. Si tout le monde faisait cela (à commencer par lire les étiquettes ou regarder la provenance de la nourriture) ce serait vraiment formidable.

    1. Oui, c’est ce que je pense aussi. Le choix du veganisme est certainement le meilleur du point de vue des animaux, néanmoins, je pense que cela fait “peur” à une majorité de personnes qui se butent sur le côté “extrême” en opposition à leur propre mode de vie, ce qui ne leur permet pas de se projeter dans cette voie.

      Je sais que de nombreux végétariens, végétaliens et veganes grincent des dents en lisant le mot “flexitarisme”, mais ma volonté est de proposer des articles sur ce mode de vie en encourageant à végétaliser au maximum son alimentation, et même aller au-delà dans sa consommation de manière générale.

      Je pense que proposer une alternative concrète sans avoir un discours imposant tel ou tel régime peut permettre de toucher plus de monde et faire changer les mentalités petit à petit…

      Pour moi (mais c’est mon point de vue), si je parviens à faire en sorte que 10 personnes restreignent vraiment leur consommation de produits provenant des animaux, la cause animale sera beaucoup plus gagnante au final que si j’en convaincs une seule d’être vegan… Non seulement parce que la non consommation des 10 sera supérieure à la non consommation de celui qui est seul. Mais aussi parce que le bouche à oreille sur ce mode de vie sera multiplié et d’avantage écouté par leur entourage…

      Et puis, c’est un 1er pas… Certains lecteurs convaincus passeront peut-être d’autres caps une fois qu’ils seront pris dans ce cercle vertueux (un peu comme moi je le fais petit à petit…).

  2. Bonjour Jessica,

    J’aime beaucoup l’idée de ton blog !!
    Je crois que je suis ce qu’on appelle flexitarienne aussi! Personnellement, c’est le film “Demain” qui m’a fait réfléchir sur la planète et les non sens de l’industrie agro-alimentaire. Je commence à m’y intéresser sérieusement, pour l’environnement, mais surtout pour ma santé. En fait, je change au fur et à mesure pleins de petites habitudes qui ne me demandent pas vraiment de sacrifices et qui me donnent le sentiment de vivre de façon plus ‘responsable’. Acheter plus local, moins de produits chimique (pas forcément du bio, je cuisine quasiment que des matières brutes maintenant type légumes, féculents..), faire attention à la composition des produits de beauté, limiter les choses qui se jettent et polluent. Je mange aussi moins de viande et de poisson mais j’essaye lorsque j’en cuisine d’acheter chez le boucher et poissonnier ‘provenance France’. Bref c’est un tout et je trouve cette tendance “flexi” vraiment géniale pour – comme tu le dis – pouvoir discuter avec les gens non engagés, et commencer à faire des efforts à son échelle. Mieux vaut changer un peu sans que ce soit parfait plutôt que ne pas changer du tout parce qu’on veut être parfait ;).

    1. Bravo ! Continue dans cette lancée, donne-toi des étapes et tu feras ton chemin petit à petit… 😉
      Moi j’ai d’abord commencé à réduire comme toi, puis à manger végétarien un jour sur 2, puis j’ai vraiment sauté le pas du flexitarisme en boycottant totalement l’achat de viande au bout d’à peu près un an de réflexion… Maintenant, ça fait 4 ans et demi et je continue mon chemin. J’ai réduit drastiquement les produits laitiers et œufs. A la maison, je cuisine avec de plus en plus d’alternatives végétales pour remplacer ces produits. Je n’achète plus non plus de poisson et crustacés quand je fais mes courses mais à l’extérieur je suis plus flexible… En dehors de l’alimentaire, j’utilise également des produits les plus naturels et sains possibles et bien sûr, non testés sur les animaux. 🙂 J’utilise de plus en plus de lavable ou réutilisable plutôt que jetable et c’est vrai qu’en changeant les habitudes une par une, ça devient facile ! N’hésite pas à aller faire un tour sur mon second blog, il y a pas mal de choses qui devraient t’intéresser aussi ! 🙂

  3. Articles sympas et faciles a lire sur un sujet pas tjs simple a abordée. Jai lu les 4 articles d’une traite.
    Je ne suis ni végé ni vegan ni meme flexi mais je n’aime pas la viande plus que ça du coup la consommation est rare à la maison.
    Par contre les laits végétaux j’ai bcp de mal pourtant je fais une petite intolérance au lait de vache du coup il faut que jessaye de m’habituer au lait végétaux dur dur.

    1. Merci du compliment ! 🙂 Les laits végétaux, j’avais beaucoup de mal aussi. Il faut en goûter plusieurs pour trouver ceux qui passent le mieux mais aussi se laisser du temps pour habituer son palais à ces nouvelles saveurs et oublier petit à petit le goût du lait de vache. Avant j’étais capable de boire un litre en une journée, maintenant je n’en bois plus du tout et je le vis très bien ! 🙂 Mon lait préféré : le lait de cajou fait maison. Frais dans les céréales, c’est délicieux et c’est ce qui se rapproche le plus du goût du lait de vache je trouve. Je vais tester aussi le lait d’avoine maison ce week-end, paraît-il que c’est très bon. Je ferai un article très bientôt ! 🙂

      1. J’en suis pas encore à l’étape lait maison, pourtant je pense que ça doit être assez simple à faire. Il est vrai que les laits végétaux ne sont pas très sain dans les marques qu’on connait, il ajoute quand même pas mal d’ingrédient voir même du sucre pffff ! Hâte de lire ton article en tt cas !!!

        Bonne fêtes de fin d’année !

  4. Oui c’est très simple avec un bon mixeur ! 🙂 Je me suis fait plaisir début décembre en achetant un super méga mixeur et je l’utilise quasiment tous les jours pour cuisiner. C’est vraiment top ! 🙂

    Dans les laits végétaux du commerce, quand j’en achète, je choisis toujours des laits bio, mais c’est vrai qu’il y a souvent du sucre pour que le goût passe mieux. Moi je préfère rajouter du sirop d’agave dans mon lait VGL maison, l’indice glycémique est plus bas. 🙂

    J’en profite pour te présenter mes meilleurs vœux ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *